142, avenue Pierre Brossolette 92240 Malakoff
Le Patron eRIDE, le petit nouveau de SCOTT

Le Patron eRIDE, le petit nouveau de SCOTT

Produit phare de la gamme VTTAE, le Patron eRIDE est comme un couteau suisse. Il vous mènera efficacement au sommet du trail et vous permettra d’attaquer la descente en toute confiance. Il dispose de la plus grande batterie interne et des dernières technologies, avec 160 mm de débattement avant et arrière.

  • Amortisseur intégré
  • Batterie Bosch nouvelle génération
  • Moteur Bosch Performance CX BES3
  • Guidon net et épuré
  • Eclairage intégré directement alimenté par la batterie
  • Ecran couleur de 2 po intégré dans la potence

Visionner la vidéo technique

Le vélo : un véhicule en constante évolution

Le vélo : un véhicule en constante évolution

Afin de mieux comprendre l’évolution et le fonctionnement d’un vélo, il peut être intéressant de se focaliser sur quelques dates clés. Nous allons nous intéresser aux tournants dans l’évolution du vélo, jusqu’à nos vélos actuels. Ainsi nous pourrons peut être deviner quels seront les futures innovations ?

La draisienne

En 1817, la baron allemand Karl Drais von Sauerbronn invente la draisienne. Un véhicule composé de bois et d’acier, avec deux roues, une selle et un guidon. Malgré l’aspect rudimentaire de cet engin, au 19 ème siècle la draisienne est très appréciée parmi la classe bourgeoise. Elle apparaît comme une bonne alternative pour les déplacements courts. Ainsi, la draisienne constitue le premier squelette de nos vélos contemporains. De nos jours, il sert encore à nos enfants pour apprendre l’équilibre avant de faire du vélo.

Le grand-bi

50 ans après, le grand-bi remplace la draisienne avec l’installation de pédales sur la roue avant. Cette innovation implique d’augmenter la taille de la roue avant : son diamètre est désormais de 130 cm. Elle permettait aux cyclistes d’être plus rapide. En effet, un tour complet effectué par les pédales implique une révolution complète de la roue sur elle-même. Donc, un diamètre de roue élevé implique une plus grande distance parcourue sur la route. De plus, l’installation de roue en caoutchouc dur et d’un cadre en acier ont permis une meilleure résistance du véhicule.

La bicyclette de Lawson

Pour autant, c’est en 1880, que naît le système plateau-pignons-chaîne. Il s’agit de la bicyclette de Lawson, où la chaîne sert à transmettre l’énergie musculaire à la roue motrice. L’énergie circule du pédalier jusqu’à la roue arrière. Ainsi, il n’est plus utile d’utiliser de grandes roues avant. Le confort des usagers est amélioré. Le risque de chute diminue aussi considérablement améliorant par là la sécurité d’utilisation.

La bicyclette hirondelle

Après quelques réglages, notamment sur le diamètre des roues et les matériaux utilisés, la bicyclette hirondelle naît en 1900. Ce vélo clôture une page importante au sein de l’évolution des vélos car elle sert de modèle de référence à tous nos vélos actuels. Un squelette définitif apparaît pour nos futurs vélo avec le système plateau-pignon-chaîne et deux roues de même taille. Avec l’ajout d’un système à plusieurs plateaux et vitesses, il est possible de faire varier la résistance de la roue motrice. Ainsi, le vélo s’adapte en fonction de l’environnement. L’ancêtre commun de tous les vélos modernes est alors né.

Les vélos de nos jours

Pendant tout le 20 ème siècle et le début du 21 ème siècle, l’innovation est portée à spécialiser les vélos en fonction de l’activité voulue. Par exemple, pour une balade en forêt, il est préférable de louer un VTT, avec des pneus larges. Tandis que pour les adeptes des cols en montagne, il est mieux de privilégier le vélo de route avec des roues fines et un poids léger.

De la draisienne jusqu’à la bicyclette hirondelle, l’homme cherchait à donner un squelette à nos futurs vélos. Après le début du 20ème siècle, il préférait rendre ce squelette plus fort et l’adapter en fonction des activités choisies. De nos jours, il existe des vélos pour tous les goûts et pour toutes les bourses. Pour autant, avec l’apparition du vélo électrique, nous pouvons alors nous demander si l’installation d’un moteur électrique modifiera le squelette actuel de nos vélos, et marquera la fin du modèle de la bicyclette hirondelle ?

Présentation du Langma Advanced Disc 2 QOM

Présentation du Langma Advanced Disc 2 QOM

Si vous êtes une femme à la recherche de vitesse et de performance, le Langma Advanced Disc 2 QOM répond à vos besoins. En effet, ce vélo se démarque par son aérodynamisme sa légèreté dans l’ascension des cols. Cet aérodynamisme est dû notamment à la fourche qui fait circuler un flux d’air au-dessus des roues. Mais il y a aussi la volonté de GIANT de limiter le poids du vélo. Ainsi comme pour une voiture de course, l’objectif est de limiter au maximum les forces de frottements pour gagner en vitesse. Ce vélo améliore vos performances, avec le but de se sentir légère sur la route. L’utilisatrice aura une sensation de vitesse permanente tout en ayant moins de résistance avec le sol pour un maximum de plaisir!

La coulée verte

La coulée verte

La coulée verte est un itinéraire de préférence pour les VTC. Nous vous conseillons de le faire en famille et à petite vitesse. Ainsi, il faut donc estimer le temps de trajet en toute sécurité compris entre 40 et 45 minutes. Pour les familles, cet itinéraire vous permettra d’apprendre à vos enfants à pédaler en toute sécurité, tout en leur permettant de s’amuser. D’ailleurs, il peut être conseillé d’embarquer un pique-nique afin de manger au grand air. En effet, le parc de Sceaux est vaste et on peut profiter du parc toute l’après-midi.  Finalement, la coulée verte représente une sortie ludique à la journée avec l’objectif de sortir des tracas du quotidien. Nous avons alors le sentiment de sortir de Paris et de sa banlieue.

Comment fonctionne un vélo électrique ?

Comment fonctionne un vélo électrique ?

Chargement d’une batterie de vélo électrique

Avec l’amélioration des performances des batteries dans les années 2000, un nouveau modèle de vélo voit le jour : le vélo électrique. Equipé de trois nouveaux composants qui sont le moteur, la batterie et la console, le vélo électrique est un nouveau moyen de transport. Ainsi, grâce à l’assistance électrique, le cycliste fait moins d’efforts lors d’un trajet améliore grandement son confort. L’assistance se déclenche lorsqu’on commence à pédaler et s’arrête à partir de 25 km/h, permettant de rouler en toute sécurité. Il est intéressant alors de se demander comment fonctionne un vélo électrique ?

Pour cela, nous allons vous présenter les 3 composants majeurs du vélo électrique.

Le moteur

Le moteur, placé sur la roue avant, arrière ou sur le pédalier, permettra de transformer l’énergie électrique de la batterie en énergie mécanique. La roue motrice utilise ensuite cette énergie. Plusieurs moteurs peuvent être installés, et en fonction de l’environnement, le vélo privilégiera un moteur plutôt que l’autre (pour les côtes, il faut utiliser un moteur plus puissant afin de pédaler à 25 km/h). Au magasin, les vélos sont équipés de moteur Bosch ou Yamaha, des moteurs de qualités qui sauront vous accompagner efficacement lors de vos balades et trajets boulot quotidiens.

La batterie

La batterie, placée souvent dans le cadre, stocke l’énergie électrique. En effet, comme un téléphone portable, la batterie se recharge auprès d’une prise électrique classique avec un chargeur. Ainsi, son utilisation est facile et l’autonomie de la batterie,  permet de parcourir entre 40 et 100 km en moyenne, avant de recharger.

On peut alors de demander quels sont les paramètres qui font varier autant l’autonomie d’une batterie ?

L’autonomie d’une batterie peut etre imagée par la distance que peut parcourir un vélo électrique avant que la batterie soit entièrement consommé.  En ce qui concerne les performances de l’autonomie d’une batterie, plusieurs facteurs rentrent en jeu :

-la nature de la batterie et sa qualité, son fonctionnement et les composants chimiques utilisés pour sa fabrication

-le niveau d’assistance, plus le niveau d’assistance sera faible, plus l’autonomie de la batterie augmentera. L’assistance varie de 25% du pédalage jusqu’à 100 %.

-La capacité de votre batterie. On la calcule en nombre de Wh et elle dépend de la taille de la batterie c’est à dire du nombre de cellule qu’elle contient.  Pour connaitre la capacité de la batterie, il suffit de multiplier le voltage par l’ampérage qui sont lié au nombre et à l’assemblage des cellules.

-Le mode d’assistance utilisé: le mode éco est bien sûr moins gourmand en énergie que le mode sportif

-Le type de parcours: le vélo est plus énergivore en côte.

-Le poids total embarqué: plus le vélo est lourd, plus il faut d’énergie pour le faire avancer.

-Vous pouvez faire des simulations d’autonomie en prévision de votre prochain déplacement sur le site de Bosch : https://www.bosch-ebike.com/fr/service/assistant-dautonomie/

Tous ces paramètres montrent à quel point il est important de choisir de bonnes batteries pour vos ballades. Au magasin, nous vendons uniquement des modèles de batterie ions-lithium, dont les cellules sont toutes de marque Panasomic. Ces cellules Panasomic possèdent les meilleures du marché actuellement. Ce sont elles qui stockent le plus efficacement l’énergie électrique. Une batterie Panasomic a une espérance de vie située entre 8 et 10 ans et environt 1000 cycles de charge-décharge devant elle.

La console

La console de commande indique la vitesse de croisière du véhicule et le niveau de charge de la batterie. De plus, il permet de sélectionner les différents modes d’assistances proposés par le constructeur, notamment les modes Eco, Tour, Sport et Turbo. En fonction de ces modes, la console enverra des informations au moteur qui s’adaptera aux attentes du cycliste. Finalement, la console est l’interface entre le cycliste et les pièces électriques du vélo, d’où l’importance de vérifier son état de fonctionnement régulièrement et de venir en magasin si nécessaire.

Le moyeu Shimano nexus

Le moyeu Shimano nexus

Moyeu Shimano nexus

Contrairement à une transmission classique avec un dérailleur, le moyeu Nexus se comporte comme une boîte de vitesses. En effet, c’est le moyeu qui permet de faire varier la résistance au pédalage de la roue arrière. Équipé d’un pédalier mono-plateau et d’un seul pignon, c’est un mécanisme à engrenages situé dans le moyeu qui permettra de changer les vitesses. Ainsi, les avantages sont nombreux avec ce moyeu:

  • Il permet de changer les vitesses à l’arrêt
  • Le vélo ne déraille pas
  • Une quasi-absence d’entretien, mise à part retendre la chaîne de temps en temps si la chaine n’a pas de tendeur.
  • C’est de plus un système très robuste.

En ville, le moyeu Shimano Nexus est donc idéal.

Le graissage de la chaîne

Le graissage de la chaîne

Graisser sa chaîne, tout comme vérifier la pression des pneus, fait partie de l’entretien élémentaire d’un vélo. En effet, une chaîne usée et non graissée rend le pédalage inconfortable. D’une part, une chaîne mal entretenue ne changera pas efficacement de vitesses, ce qui entrainera une usure prématurée de la cassette et diminuera la vitesse du vélo. D’autre part, une chaîne mal entretenue fait beaucoup de bruit. Ainsi, il est important d’entretenir sa chaîne: nettoyage et graissage régulier. Pour cela, il faut procéder à plusieurs étapes :

  • Tout d’abord, il faut nettoyer la chaîne pour enlever la rouille ou la vieille graisse si il y en a
  • Une fois essuyé, veuillez à prendre de l’huile de graissage spécifique vélo, disponible en magasin, et huilez la chaîne de manière homogène.
  • Pour huiler uniformément, levez la roue arrière pour faire tourner la chaîne du vélo et appliquer le produit dessus.

Attention il ne faut pas graisser trop la chaîne. En effet, le but de l’huile est de diminuer les frottements entre la chaîne et les pignons et le dérailleur. Le mieux est donc de tamponner le surplus d’huile avec du papier absorbant.

Voyons quels types de lubrifiants utiliser ?

Les différents types de lubrifiants

-La bombe est difficile à utiliser correctement car elle fait des projections dans toutes les directions. En effet, il est important d’être précis lors du graissage de la chaîne avec la bombe car elle a tendance à former un nuage de lubrifiant qui risque d’atteindre les disques de frein. 

-L’huile de vaseline est facile à utiliser et graissera idéalement la chaine vélo. Pour autant, l’huile forme du cambouis. Il faut donc éviter de l’utiliser sur de beaux vélos.

-La cire en goutte est le meilleur lubrifiant. Elle est facile à utiliser et évite aux poussières de se coller sur la chaîne, prolongeant sa durée de vie. Au magasin, il s’agit donc du lubrifiant que nous vous conseillons d’utiliser.

Les lunettes de soleil : un élément de sécurité non négligeable

Les lunettes de soleil : un élément de sécurité non négligeable

Comme pour un automobiliste, les lunettes permettent de garantir une sécurité optimale au cycliste. En effet, notre vision est le principal sens qui nous communique les informations du monde extérieur. D’où la nécessité de préserver la vue afin d’évoluer dans un environnement sain. En été, les lunettes de soleil assurent un confort car elles nous protège des rayons du soleil. Les lunettes protègent aussi les cyclistes lorsqu’ils sont confrontées à de grandes vitesses comme en descente. Il est alors fréquent que la poussière rentre dans les yeux, pouvant alors provoquer un accident par manque de visibilité.

Chez Giant, les lunettes Apus Kolor Up Trail possèdent des verres de catégorie 2 et comporte un ajustement nasal. Ces lunettes ont des réglages propre à chaque individu. Ainsi, l’objectif recherché est d’arriver à coller les lunettes sur la peau le plus possible afin de ne plus avoir la sensation de porter des lunettes. Presqu’aussi importantes qu’un casque, les lunettes constituent une aide pour le cycliste. En effet, même si elles peuvent paraître inconfortable, porter des lunettes ne fera que diminuer le risque d’accidents. Des modèles comme l’Apus Kolor Up Trail enlève donc le possible inconfort des lunettes classiques.

https://www.giant-bicycles.com/fr/lunettes-apus-kolor-up-trail-2019

Le casque un élément de sécurité primordial

Le casque un élément de sécurité primordial

En ville, un vélo circule entre 10 et 50 km/h. Ainsi, comme les voitures, les vélos se doivent de respecter les mêmes contraintes et d’être vigilant. Pour autant, après le travail, un cycliste ressent de la fatigue, diminuant alors sa vigilance et augmentant le risque d’accident. Face à ce problème, le casque est l’élément de sécurité numéro 1. En effet au niveau de la tête, le cerveau est protégé uniquement par le crâne, d’une épaisseur d’un centimètre. Afin de protéger le cerveau, porter un casque réduit d’environ 85 % le risque de traumatismes crâniens après un accident. De plus, ces dernière années la membrane MIPS intégrée và l’intérieur du casque est venue réduire les lésions cérébrales lors d’un choc.  

Afin de répondre à la clientèle, Giant propose un nouveau modèle de casque, le casque rev pro mips. Avec un design ultraléger, un aérodynamisme performant, un confort de très bonne qualité, ce casque offre un élément de sécurité de premier choix sans pour autant gêner l’utilisateur. Le but étant, pour les professionnels comme pour le pratiquant de loisir d’offrir la sensation de ne pas porter de casque.

Le lien ci-dessous vous donnera plus d’informations sur le casque et les différents modèles associés.

https://www.giant-bicycles.com/fr/casque-rev-pro-mips-2020

Chez Scott, nous vous proposons le casque Scott Grouve plus. Ce casque à visière vous protégera efficacement lors d’une chute. En effet, son épaisseur et sa membrane MIPS sont des atouts de protection idéal qui préserveront vous connexions neuronales. Cependant, un autre atout non-négligeable est lié au confort. En effet plus le casque est confortable plus vous le porterez! Le design du casque permettra à votre tête de respirer efficacement lors d’une sortie et sa visière offre une protection contre la pluie.

Le lien ci-dessous vous donnera plus d’informations sur le casque et les différents modèles associés.

Le sous-gonflage est à l’origine d’un tiers des crevaisons chez les cyclistes

Le sous-gonflage est à l’origine d’un tiers des crevaisons chez les cyclistes

Les différents types de pompes

Il existe principalement trois modèles de pompes:

Chaque pompe présente ses avantages mais aussi ses inconveignants.

-La pompe à pied a pour principal atout d’être très rapide pour le gonflage et de pouvoir le faire facilement. Elle gonfle jusqu’à 8 bars si il le faut! C’est le type de pompe que nous conseillons d’avoir toujours à la maison pour utiliser régulièrement.

-Lorsqu’on le besoin de regonfler ses pneus en balade, la pompe à main est idéale car elle est facilement transportable. Par contre elle n’est pas facile à utiliser et peut si on est brutal en l’utilisant casser votre valve. Nous la déconseillons donc aux pratiquants non avertits!

-La pompe à raccord est un très bon compromis entre les deux autres grands type de pompes. Elle profite des avantages de ces deux models de pompes et est économique. La pompe ATB de Zefal made in France coute moins de 10€. Elle est facilement transportable tout en offrant une qualité de gonflage très largement satisfaisante. Elle est de plus facile à utiliser mais elle ne pourra gonfler vos pneus que jusqu’à 3 bars maximum. Eh oui on peut pas tout avoir.

Les risques du sous-gonflage

En vélo, c’est le mal mal numéro 1! En étant sous-gonflé, on abîme ses pneus, ses chambres à air et ses jantes. Le mécanisme d’écrasement du pneu sous l’effet du poids du cycliste provoque des crevaisons: le caoutchouc n’aime pas êtres martyrisé par l’écrasement et la chambre à air se rebelle en perçant! Vous pourriez aussi provoquer une crevaison en heurtant un trotoire ou un nid de poule. C’est le fameux « snake bite » car la chambre à air présente alors deux trous consécutifs comme une morsure de serpent.

De plus, toute l’énergie du pédalage ne sert pas à propulser le vélo. Le sous-gonflage diminue donc la vitesse et augmente la sensation d’avancer en se fatiguant considerablement.

Ainsi, que ça soit pour la vitesse, pour le confort, mais aussi pour arriver à l’heure au travail sans crevaison, il est primordial de gonfler ses pneus à une bonne pression très régulièrement.

La pression recommandée pour mon vélo de course ?

Pour des pneus fins de vélo de course, il est conseillé de gonfler en bars un dixième de son poids . Un individu pesant 70 kg devra donc gonfler ses pneus à 7 bars. On peut aussi réduire un peu la pression de ses pneus par temps de pluie.

Attention, il ne faut pas dépasser la pression limite indiqué par le constructeur. Ainsi, si vous pesez 100 kilos, inutile de gonfler à 10 bars les pneus, c’est alors trop élevé. On définit souvent comme seuil limite le seuil de 8,5 bars. Pour les cyclistes légers, la pression limite est alors de 6 bars.

La pression recommandée pour mon VTT

Il existe deux modèles de pneu, les pneus VTT Tubetype avec chambre à air et les pneus VTT Tubeless, donc deux façons différentes de gonfler les pneus à la bonne pression. Pour la pression des pneus, , le pneu doit pouvoir se déformer au contact d’une branche et non rebondir. Ainsi, pour tout modèle de VTT, nous vous conseillons de gonfler autour de 2,2 bars. L’intérêt du tubeless est qu’on peut dégonfler jusqu’à 2 bars le pneu arrière pour augmenter la traction. Pour autant, pour connaître la pression exacte, il faut regarder les informations laissées par le constructeur sur le gonflage. Il indique en fonction du poids du cycliste la pression idéale à adopter. Cette pression est à respecter lorsque le pneu est neuf et non endommagé bien sûr.

Ainsi, pour les VTT, il peut être utile aussi d’ajuster la pression des pneus en fonction des sensations sur le terrain, d’où la nécessité d’avoir une pompe à main avec sois en sortie.

Pour des pneus plus larges, la pression de gonflage est plus faible car les dimensions du pneu permettent déjà une bonne adhérence avec le terrain. La nature du terrain joue aussi sur la pression qui n’est pas la même dans la boue que sur l’herbe…

Vous pouvez aussi adapter votre pression en fonction des roues: on gonfle généralement un peu plus le pneu avant…

La pression recommandée pour un VTC

Nous vous conseillons de gonfler entre 3 et 5 bars en VTC quelque soit votre pratique. En effet, il s’agit d’un vélo « intermédiaire » entre le vélo de route et le VTT. Toutefois, comme pour le vélo de route, il peut être utile d’adapter la pression des pneus en fonction du poids total. Si vous roulez off-road il deviens aussi judicieux de réduire un peu la pression…

Finalement, un bon entretien de la pression des pneus permet d’une part de meilleures performances. D’autre part il permet de limiter l’érosion du pneu causé par le sous-gonflage. A l’atelier, environ un tiers des vélos traités sont des crevaisons dû au sous-gonflage. Tout comme vérifier l’état de sa chaîne, de ses freins ou de sa cassette, le gonflage des pneus fait donc partie du processus d’entretien numéro 1 régulier du vélo. Il ne faut surtout pas le négliger.

Au magasin, nous vous conseillons de gonfler les pneus au moins tous les 15 jours pour un entretien régulier. Pour les vélos de course, la pressions dans les pneus étant supérieure, il est conseillé de regonfler au minimum toutes les semaines.

Qu’est ce qui influence la vitesse d’un vélo.

Qu’est ce qui influence la vitesse d’un vélo.

En physique, le rapport entre une distance parcourue pour un temps donné définit la vitesse. Ainsi, lorsqu’on circule à 20 km/h en vélo, on se déplace physiquement de 20 km en 1 heure. En vélo, quel que soit le niveau, la plupart cyclistes ont toujours voulu pouvoir rouler plus rapidement, afin de profiter de la sensation de vitesse. Dans un cadre plus professionnel, la vitesse permet aussi d’optimiser son temps de déplacement. On peut se demander quels sont les facteurs influents sur la vitesse ?

La vitesse est liée à l’énergie déployé pour avancer : un paramètre évident qui influence la vitesse est donc la masse totale (cycliste + vélo). Donc, pour une même puissance déployée, plus l’ensemble cycliste + vélo a une masse faible, plus il ira vite. Les constructeurs ont donc cherché à modéliser des vélos de plus en plus légers afin d’optimiser la vitesse.

Le gonflage des pneus est aussi un paramètre primordial dans la recherche de vitesse. En effet, lorsque votre vélo est sous-gonflé, la surface du pneu en contact avec le sol est plus élevée enjendrant une forte friction qui vous empêche d’avancer! Ainsi, avant chaque balade en vélo, veuillez vérifier l’état des pneus du vélo et de leurs gonflage.

L’avancement est aussi réduit par les forces de frottement avec l’air. En effet, en pédalant le vélo perd de l’énergie donc de la vitesse quand il rencontre de la matière. Dans l’espace, en l’absence total d’air un coup de pédale nous ferait parcourir une longue distance. Les concepteurs de vélo sportifs cherchent à faire glisser le plus possible l’air sur le vélo. Il est donc possible d’adopter une position aérodynamique en pédalant. Pour autant, les professionnels adoptent cette position sur de courtes distances car elle est un peu inconfortable.

Enfin, la position du cycliste sur le vélo (réglage de la selle, taille du cadre, type de fourche…) est déterminant pour aller plus vite. Il faut donc prendre le temps de bien choisir son vélo. Ainsi pour chaque personne, il existera un réglage unique du vélo et la large variété de vélos crées témoigne de la pluralité des profils existant.

Un week-end gagnant pour les athlètes SCOTT

Un week-end gagnant pour les athlètes SCOTT

La légende Nino Schurter remporte son 9e titre de Champion du Monde au guidon du Nouveau Spark RC WC. Une palme de plus pour le Suisse de 35 ans, déjà octuple champion de Suisse et septuple vainqueur de la Coupe du Monde. Après une saison éprouvante avec plusieurs 2èmes places (…) Nino a prouvé une fois de plus qu’il était le meilleur pilote au monde et qu’il avait toujours soif de victoire.

CHAMPION DU MONDE XCO U23 : L’athlète chilien Martin Vidaurre s’offre le titre chez les U23 XCO également au guidon du Nouveau Spark RC WC

VICE-CHAMPIONNE DU MONDE DH : Marine Cabirou du team SCOTT DH FACTORY devient Vice-Championne du Monde DH, en réalisant un run exceptionnel après ses récentes blessures

VICE-CHAMPION DU MONDE VTTAE XC : Hugo Pigeon du team SCOTT SR Suntour a utilisé toute son expérience dans les courses XC et Enduro pour devenir Vice-Champion du monde de VTTAE XC.

VICE-CHAMPIONNE DU MONDE 4X : Mathilde Bernard décroche une belle médaille d’argent au Four-Cross.

CHAMPION DU MONDE XCO JUNIOR : Le Français, Adrien Boichis, devient Champion du Monde Juniors XCO

Copyright © Scott